Prairies extensives

Les prairies exploitées extensivement, pauvres en éléments nutritifs, peuvent être composées de 40 à 70 espèces dont certaines sont rares et menacées.

Parmi les graminées caractéristiques comme le brome dressé, on peut y découvrir l'esparcette, la centaurée scabieuse, la petite pimprenelle, la sauge des prés ou des orchidées.

Ces prairies hébergent une grande diversité d’insectes et d’araignées, mais elles sont aussi un habitat idéal pour les grenouilles, lézards et orvets. Elles sont également utilisées par les oiseaux nichant au sol, les chevreuils, les lièvres et autres petits mammifères.

Principales conditions et charges selon l'OPD

Niveau de qualité I

Surface imputable

 

  • Les bandes refuges sont prises en compte à concurrence de 10 % de la surface totale
  • Le long des cours d’eau, des petites structures non productives sont prises en compte à concurrence de 20 % de la surface totale. Les petites structures envisageables sont décrites dans la fiche AGRIDEA «Petites structures et promotion de la biodiversité le long des cours d’eau».

 

Fumure

 

  • Aucune

 

Produits phytosanitaires

 

  • Aucun, traitement plante par plante possible pour les plantes à problème

 

Utilisation

 

  • Au moins une coupe dès le 15 juin (ZP – ZC), 1er juillet (ZM I, II), 15 juillet (ZM III, IV)
  • Pâture d’automne du 1er septembre au 30 novembre possible
  • Broyage interdit
  • Exportation de la récolte obligatoire
  • Tas de branches et de litière autorisés comme refuges pour la faune

 

Durée d'utilisation obligatoire

 

  • Au minimum 8 ans sans interruption sur le même emplacement à partir de l’inscription

 

Réensemencement

 

  • Avec autorisation cantonale, réensemencement des prairies dont la composition botanique est insatisfaisante avec de la fleur de foin ou les mélanges standards recommandés

 

Niveau de qualité II

 

  • Évaluation de la qualité biologique de la flore à l'aide d'une liste d'espèces indicatrices : pour atteindre la qualité minimale requise, la surface doit abriter 6 espèces indicatrices.
  • Utilisation de conditionneurs interdit

 

Contributions

 

 

Emplacements adaptés

 

  • Sols secs ou humides, exposés au Sud
  • A proximité d’une autre prairie riche en espèces ou de surfaces de compensation écologique (haie, verger haut-tige)
  • Eviter les sols marécageux drainés et les sols riches en éléments nutritifs ainsi que les emplacements envahis par des mauvaises herbes vivaces (rumex, chardon des champs)

 

Mesures favorables à la faune et à la flore

 

  • 1ère coupe après floraison des graminées principales (fromental, avoine jaunâtre, avoine pubescente, brome dressé)
  • 2ème coupe au plus tôt après la floraison des espèces à floraison tardive, comme p. ex. la centaurée jacée, et à un intervalle de 8 semaines au minimum
  • Faucher par bandes ou de l’intérieur vers l’extérieur (fuite des animaux)
  • A chaque coupe laisser des bandes refuges non fauchées (5 – 10% de la surface)
  • Hauteur de coupe 7 – 9 cm, pour ménager la faune
  • Ne pas utiliser de conditionneur et préférer l’utilisation d’une barre de coupe à une faucheuse rotative
  • Si nécessaire améliorer la diversité en espèces par la technique de la fleur de foin ou par un semis en bandes ou fenêtres préalablement bien préparées

 

Dernière mise à jour : 05.04.2017