Arbres fruitiers haute-tige

Les vergers haute-tige embellissent le paysage de bien des régions et lui confèrent son identité.

Les grands vergers combinés avec d’autres milieux semi-naturels dans les environs (autres vergers haute-tige, haies, herbages extensifs, ...) ont une grande valeur écologique.

Ils offrent des habitats variés pour divers animaux tels des oiseaux, chauves-souris et insectes.

Principales conditions et charges selon l'OPD

Niveau de qualité I

Arbres et emplacement

 

  • Arbres de fruits à noyau, à pépins ou noyers ainsi que châtaigniers dans châtaigneraies entretenues
  • Doivent être situés sur la SAU détenue ou affermée par l’exploitation
  • Hauteur du tronc jusqu’aux branches principales :
    • arbres de fruits à noyau : au minimum 1.2 m
    • autres arbres fruitiers : au minimum 1.6 m
  • Arbres avec au moins 3 branches latérales ligneuses partant de la partie supérieure du tronc
  • Un arbre mort donne droit aux contributions si le diamètre à hauteur de poitrine est de 20 cm au minimum et s’il est identifiable comme arbre

 

Distance entre les arbres

 

  • Les distances de plantation doivent permettre le développement normal des arbres et un rendement normal

 

Entretien

 


  • Broyage autorisé au pied des arbres

Fumure

 

  • Autorisée; si sur une prairie extensive, soustraire 1 are de prairie extensive par arbre pour l'imputation et les contributions

 

Produits phytosanitaires

 

  • Aucun herbicide au pied des arbres sauf pour ceux de moins de 5 ans
  • Traitement modéré des arbres autorisé
  • Aucun produit phytosanitaire sur les arbres situés à moins de 10 m de lisières de forêt, haies, bosquets et berges boisées (distance depuis le tronc d’arbre jusqu’à la partie ligneuse) ainsi que de plans et cours d’eau
  • Appliquer les mesures de protection phytosanitaire prescrites par le canton

 

Imputation

 

  • Dès 1 arbre/exploitation
  • Conversion en SPB : 1 are par arbre, 100 arbres/ha au maximum
  • Surface imputable même si la surface sous l’arbre est déjà imputée comme prairie extensive, peu intensive, surface à litière ou pâturage extensif (cumulable)

 

Droit aux contributions

 

  • Dès 20 arbres imputables par exploitation
  • Contributions à 120 arbres/ha au maximum pour les arbres de fruits à noyau et à pépins (sauf cerisiers) et 100 arbres/ha au maximum pour les cerisiers, noyers ainsi que châtaigniers
  • Cumulable avec contributions des prairies extensives et peu intensives situées sous les arbres

 

Durée d’utilisation obligatoire

 

  • Au minimum 1 an

 

Niveau de qualité II

Surface et densité

 

  • Surface minimale 20 ares et 10 arbres au minimum
  • Densité minimale 30 arbres/ha, densité maximale 120 arbres/ha, 100 arbres/ha au maximum pour cerisiers, noyers et châtaigniers

 

Arbres

 

  • Distance entre les arbres 30 m au maximum
  • Au moins 1/3 des arbres présente une couronne d’un diamètre supérieur à 3 m
  • Tailler les arbres conformément aux règles de l’art
  • Le nombre d’arbres reste pour le moins constant durant la durée d’utilisation obligatoire
  • Les arbres morts sur pied peuvent être maintenus et sont comptabilisés

 

Surface corrélée et structures

 

  • Surface corrélée :
  • prairie extensive
  • pairie peu intensive avec qualité OQE
  • surface à litière
  • pâturage extensif ou boisé avec qualité OQE
  • jachère florale, jachère tournante
  • ourlet sur terres assolées
  • haie, bosquet champêtre, berge boisée
  • au pied des arbres ou à une distance de 50 m au max., de la taille suivante :
  • pour 10 à 200 arbres : 0.5 are/arbre
  • plus de 200 arbres : 0,5 are/arbre pour les 200 premier et 0,25 are/arbre pour les suivants
  • Structures
  • Une cavité naturelle ou un nichoir pour les oiseaux ou les chauves-souris pour 10 arbres
  • La surface corrélée est une SPB de niveau de qualité II ou une jachère florale ou présence d'au moins 3 éléments de structure différents et dès 61 arbres, un élément de structure supplémentaire par tranche de 20 arbres

 

 

 

Emplacements adaptés

 

  • Terrain ensoleillé, avec une légère pente et un sol profond
  • Eviter les emplacements avec risque de gel (cuvette), ombragés, très exposés au vent, à eaux stagnantes

 

Mesures favorables à la faune et à la flore

 

  • Laisser du bois mort sur les arbres ou des arbres morts sur pied pour les insectes et les oiseaux cavernicoles
  • Exploiter la surface sous les arbres de manière extensive (fauche échelonnée ; en cas de pâture : réduire la charge en bétail et ne pas faucher systématiquement les refus)
  • Installer des structures dans ou à proximité du verger pour favoriser la faune (tas de pierres, tas de branches, mur de pierres sèches, sol nu, etc.)
  • Mise à disposition de nichoirs pour favoriser les oiseaux cavernicoles
  • Eviter les fongicides : ils détruisent les lichens sur l’écorce
  • Assurer la pérennité du verger : plantation de nouveaux arbres en fonction de la structure d'âge du verger
  • Une répartition irrégulière des arbres augmente la valeur écologique

 

Dernière mise à jour : 06.04.2017